EVEROLIMUS – Inhibiteur de la proteine kinase m TOR – AFFINITOR° et VOTUBIA°

AFINITOR_everolimus_Novartis_antineoplasique_inhibiteur_proteine_kinase_inhinibiteur_mTOR_25_mg_nouveau_dosage
AFINITOR_everolimus_Novartis_antineoplasique_inhibiteur_proteine_kinase_inhinibiteur_mTOR_25_mg_nouveau_dosage

Mécanisme d’action

L’évérolimus est un agent antinéoplasique inhibiteur de protéine kinase et un immunosuppresseur sélectif.

En cancérologie, l’évérolimus est inhibiteur sélectif de mTOR (Mammalian Target of Rapamycin-Cible de la rapamycine chez les mammifères). mTOR (également appelé FRAP) est une sérine-thréonine kinase dont l’activité est connue comme étant dérégulée dans de nombreux cas de cancers humains. L’évérolimus se lie à la protéine intracellulaire FKBP-12 formant un complexe qui inhibe l’activité du mTOR complex-1 (mTORC1). L’inhibition du mTORC1 dont la voie de signalisation interfère avec la traduction et la synthèse de protéines par réduction de l’activité de la protéine kinase ribosomale S6 (S6K1) et avec la protéine 4EBP-1 se liant au facteur d’élongation 4 (Eucaryotic Elongation Factor) qui régule les protéines impliquées dans le cycle cellulaire, l’angiogenèse et la glycolyse. Un substrat de mTORC1, S6K1 phosphoryle le domaine fonctionnel du récepteur aux estrogènes, responsable d’une activation du récepteur indépendante du ligand. En présence de l’évérolimus, la phosphorylation stimulée par facteur de croissance de la p70 S6 kinase est inhibée. L’inhibition de la fonction de mTOR explique par conséquent l’arrêt du cycle cellulaire provoqué par l’évérolimus. L’évérolimus réduit les taux du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGF) qui potentialise le processus d’angiogenèse tumoral. L’évérolimus est un inhibiteur puissant de la croissance et de la prolifération des cellules tumorales, des cellules endothéliales, des fibroblastes et des cellules musculaires lisses vasculaires et il a été montré qu’il réduisait la glycolyse des cellules tumorales in vitro et in vivo.

En immunologie, il exerce son effet immunosuppresseur en inhibant la prolifération, et par conséquent l’expansion clonale des cellules T activées par un antigène, médiée par des interleukines spécifiques de la cellule T telles que l’interleukine-2 et l’interleukine-15.

L’effet de l’évérolimus ne se limite pas aux cellules T. Il inhibe, de manière générale, la prolifération stimulée par facteur de croissance des cellules tant hématopoïétiques que non hématopoïétiques, telles que, par exemple, les cellules musculaires lisses vasculaires. La prolifération stimulée par facteur de croissance de ces cellules musculaires lisses vasculaires, déclenchée par une atteinte des cellules endothéliales et conduisant à la formation d’une néo-intima, joue un rôle fondamental dans la pathogenèse du rejet chronique.

Cas d’usage

L’évérolimus est utilisé dans la prise en charge de :

  • cancers du rein,
  • cancers du sein,
  • greffes rénales, cardiaques et hépatiques,
  • tumeurs neuroendocrines du pancréas,
  • astrocytomes sous-épendymaires à cellules géantes associés à une sclérose tubéreuse de Bourneville. L’inhibiteur sélectif de mTOR, VOTUBIA (évérolimus), est désormais remboursable lorsqu’il est utilisé chez l’enfant de moins de 3 ans dans le traitement d’un astrocytome sous-épendymaire à cellules géantes (SEGA) associé à une sclérose tubéreuse de Bourneville (STB). Dans cette indication, l’utilisation de VOTUBIA est au limitée patients qui nécessitent une intervention thérapeutique mais qui ne sont pas candidats à une résection chirurgicale du SEGA.
  • angiomyolipomes rénaux associés à une sclérose tubéreuse de Bourneville.

https://www.vidal.fr/actualites/18940/astrocytome_sous_ependymaire_a_cellules_geantes_votubia_desormais_remboursable_chez_l_enfant_de_moins_de_3_ans/

https://www.vidal.fr/substances/22714/everolimus/

DYSPLASIE DU TEGMENTUM PONTIQUE

DYSPLASIE DU TEGMENTUM PONTIQUE (PTCD)

La dysplasie du tegmentum pontique (PTCD) est une maladie non dégénérative qui se caractérise par un retard important du développement, un dysfonctionnement des nerfs du visage et une malformation due l’arrière-cerveau.

Clinique:

Neuropathie des paires craniennes

troubles de l’ouïe, ataxie, problèmes de parole et de langage, difficultés d’alimentation et de déglutition, malformations cardiaques et paralysie faciale.

La cause de cette maladie est inconnue.

La gravité des problèmes médicaux varie de patient à patient.

Pour certains d’entre eux, le pronostic à long terme est bon, avec une intelligence normale et un langage limité. Jusqu’a présent, seulement moins de 20 cas ont été diagnostiqués.

Aspect IRM de la dysplasie du tegmentum pontique:

  • Aspect dysplasique du tegmentum pontique: « bosse » à la surface pontique dorsale faisant issue dans le quatrième ventricule (V4). Faisceau d’axone en DTI dont les connections restent inconnues.
  • Anomalies  de la décusation, visible en DTI, des faisceau verticaux du tronc cérébral, des pédoncules cérébelleux moyens et des fibres pontiques transverses.
  • Hypoplasie de la face ventrale du pont.
  • Hypoplasie modérée du vermis.
  • Hypoplasie des pédoncules cérébelleux moyens.

PTCD-dysplasie-pontique-tegmentum

Dysplasie pontique tegmentale
Dysplasie pontique tegmentale

http://www.ajnr.org/content/30/1/113.full.pdf+html

 

DCI : LE SEGMENT CLÉ DU MOIS : -xaban

DCI : LE SEGMENT CLÉ DU MOIS : -xaban avec la revue © Prescrire

Selon la nomenclature des dénominations communes internationales (DCI) établie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la DCI des antithrombotiques inhibiteurs du facteur Xa de la coagulation se termine par le segment-clé -xaban (1,2).

Au 13 mai 2016, on compte 10 substances de ce type dans la liste des DCI de l’OMS (1,3).
Deux sont commercialisées en France par voie orale pour le traitement ou la prévention d’accidents throboemboliques :

  • Apixaban (Eliquis°) ;
  •  Rivaroxaban (Xarelto°).
  • Edoxaban (Lixiana°), troisième autorisée dans l’Union européenne et annoncée en France :  (1,3).Extraits de la veille documentaire Prescrire
    1- World Health Organization « The use of stems in the selection of international Nonproprietary Names (INN) for pharmaceutical substances – WHO/EMP/RHT/TSN/2013.1 » : 172.
    2- Prescrire Rédaction « Le segment-clé du mois : -xaban » Rev Prescrire 2009 ; 29 (307) : 344.
    3- « Substance names ending with xaban ». Site mednet.who.int consulté le 13 mai 2016 : 1 page. 

Syndrome de WEAVER – Gigantisme

Le syndrome de Weaver est un gigantisme caractérisé par une avance d’âge osseux associée entre autres à des anomalies craniofaciales, neurologiques et des membres.
Les manifestations craniofaciales incluent :

  • Macrocéphalie avec front large,
  • Hypertélorisme,
  • Télécanthus,
  • Grandes oreilles bas implantées,
  • Philtrum long et proéminent
  • Micrognathie relative

Signes à rechercher à l’IRM:

  • bosses frontales
  • Macro-dolichocéphalie
  • Hypertélorisme
  • Ventriculomégalie latérale surtout postérieure
  • Hypoplasie du corps calleux
  • Mégagrande citerne